11 janvier 2007

N’oublions pas les habitants de Cana (Liban) !

2007…

N’oublions pas les habitants de Cana (Liban) !

Ville de 20000 habitants bombardée par l’armée israélienne en juillet dernier, cette commune était déjà martyre depuis 1996 où une bombe israélienne avait détruit un camp de l’ONU abritant une centaine de personnes. Le 30 juillet encore, une grande partie des infrastructures de la ville ont été détruites (télécom, eau, électricité, routes…) et les victimes nombreuses, au rang desquelles des enfants. Par ailleurs, Cana fait l’objet d’une enquête de l’ONU suite à ce massacre.

Le maire de Cana, Salah Salameh, est un chiite laïc, démocrate indépendant. Il a accueilli le projet de solidarité de l’Anecr avec beaucoup d’émotion et d’enthousiasme, espérant qu’il soit « le prélude à une relation permanente entre nos populations et nos élus ».

Poursuivre la campagne de parrainage

lancée par les élus communistes et républicains 

Depuis le mois d’août, les initiatives prises par les élus communistes et républicains et par quelques collectivités ont permis de recueillir plus de 18 000 euros. Ainsi, les villes de Vitry-sur-Seine et de Saint-Pierre-des-Corps ont voté une subvention directe. Il est possible de relancer ces actions pour aider les habitants de Cana, notamment les enfants, à ne pas se sentir abandonnés.

-          chaque élu-e peut contribuer à la mesure de ses moyens, en adressant un chèque à l’ordre d’ »Anecr solidarité ».

-          une démarche peut être faite en direction des collectivités locales et territoriales, pour construire un projet de partenariat ou de coopération décentralisée avec la ville de Cana (l’équipement de l’hôpital, la réfection totale du réseau d’eau potable, l’équipement de la crèche, une aide sur l’élevage et l’apiculture, les besoins pour l’école qui a été détruite)

-          des collectivités, seules ou en partenariat (avec une autre collectivité, ou avec une association caritative, un CE) peuvent décider d’accueillir des enfants de Cana pendant les vacances scolaires (Pâques ou été)

-          des initiatives culturelles peuvent être prises, avec les artistes locaux, avec le ou les conservatoires de la collectivité, avec les bibliothèques…

Comment financer la reconstruction ?

-          des dons individuels d’élus ou de particulier : dans ce cas, un compte « Anecr solidarité » a été ouvert (dons à adresser à l’Anecr : 10 rue Parmentier 93100 Montreuil). Des carnets de souscription vont rapidement être disponibles. Pour populariser la campagne, des affiches peuvent être demandées à l’Anecr

-          des subventions de collectivités peuvent être versées directement sur le compte de la ville de Cana. Ce compte est contrôlé par le trésor public libanais et chaque don est entériné par une délibération du conseil municipal. Banque du Liban - Filiale de Tyr - Sud Liban - n° de compte 740 54 111 4.

-          Une affiche et des bons de soutien sont disponibles auprès de l’Anecr et de la plupart des Adecr

Bagneux et Malakoff (92) accueillent des enfants de Cana au printemps

Comme d’autres collectivités locales, Bagneux avait participé à l’élan de solidarité qui s’est manifesté en France lors de la terrible guerre meurtrière infligée par Israël à la population libanaise l’été dernier. La ville avait alors exprimé « sa colère et son indignation » et condamné « la destruction massive des infrastructures civiles et la catastrophe écologique qui découle des bombardements ». Des urnes avaient été mises à disposition à l'Hôtel de Ville et dans tous les équipements municipaux pour recueillir les dons de la population balnéolaise. Des subventions exceptionnelles (soit 6000 euros au total) avaient été versées au Secours populaire français, au Secours Catholique et à la Croix-Rouge.

Depuis, la proposition faite par l’ANECR d’un parrainage collectif de la ville martyre de Cana avait retenu toute l’attention des élus communistes et apparentés. A l’automne, la majorité municipale, sur proposition du maire Marie-Hélène Amiable, décidait le principe de l’accueil d’enfants libanais dans la commune. Dès le début des contacts entre l’ANECR et le maire de Cana Salah Salameh, il s’agissait en effet d’une des pistes possibles de solidarité concrète mises en avant. Dans cette ville où 29 enfants ont été tués lors du bombardement du 30 juillet, ce véritable crime de guerre, laissant des milliers d’enfants et d’adultes dans le plus grand dénuement et désarroi, nous pensons qu’il peut s’agir d’une initiative forte.

Par l’intermédiaire de Lysiane Alezard, nous avons donc pu faire savoir à Salah Salameh que nous étions prêts à accueillir une trentaine d’enfants de sa ville. Il a accueilli le projet avec beaucoup d’émotion et d’enthousiasme.

En décembre, le Conseil municipal a délibéré et des demandes de subvention sont en cours. La ville voisine de Malakoff, très motivée, a décidé de se joindre au projet.

27 enfants de 7 à 12 ans et 3 adultes seront donc accueillis à Bagneux et Malakoff pendant 10 jours début avril, dont une partie pendant les vacances scolaires de la région parisienne. Le pré-programme prévoit un accueil officiel permettant aussi à la population de venir exprimer sa solidarité et dialoguer, des rencontres dans les écoles primaires et les centres de loisirs, avec des sections sportives, mais également bien sûr des sorties (Eurodisney, Cité des sciences et Cité des enfants de la Villette, Tour Eiffel, bateau-mouche, Assemblée Nationale…). Il s’agit de leur faire passer un séjour enrichissant et agréable !

Posté par international à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur N’oublions pas les habitants de Cana (Liban) !

Nouveau commentaire