09 mai 2007

news@cidefe 9 mai 07

news@cidefe
La lettre de liaison du secteur international  du CIDEFE


9 mai 2007



Contact : lalezard@elunet.org

10 rue Parmentier

93189 Montreuil

Tel : 01 48 51 78 78

Edito

Notre lettre d’informations a peu l’habitude de commenter directement la vie politique française puisqu’elle a avant tout pour vocation de faire partager des informations, des pratiques et des réflexions sur les coopérations internationales menées par les autorités locales.

Une fois n’est pas coutume, l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République ne saurait nous laisser indifférents. Elle pourrait même profondément modifier la politique étrangère de la France et, par la même, le rôle des collectivités locales et territoriales dans les relations internationales.

Sa conception atlantiste des relations internationales n’est plus un mystère. Sa campagne électorale s’est d’ailleurs directement inspirée du style américain. Ceci pourrait avoir des conséquences dangereuses pour l’évolution de la sécurité et entraîner un engagement de la France sur des terrains qu’elle avait refusé de fouler jusque-là.

Sur le plan européen, le programme du président élu ne laisse rien présager de bon. Qu’il s’agisse du projet de mini-traité qui ne serait pas soumis à l’aval des Français ou du désir renforcé de défense européenne coopérant étroitement avec l’OTAN, l’avenir du continent ne passera pas par le désarmement. D’autant qu’en développant une politique de division au plan national, en refusant de régulariser des citoyens qui vivent depuis longtemps en France, il risque d’entraîner des tensions qui ne favorisent jamais le dialogue et la paix.

Enfin, s’il s’appuie sur les projets mis en œuvre par le ministre des collectivités locales, Brice Hortefeux, il est sûr que les partenariats décidés par les élus seront de plus en plus pilotées par des motivations liées à des intérêts économiques et non plus à des projets de coopération et de développement mutuels.

Mais comme cette lettre le laisse constamment entendre, les élus, les autorités locales sont devenus des acteurs majeurs des relations internationales, tant par les sommes engagées dans les coopérations que par leur présence au sein d’instances et de mouvements internationaux. Elles sont et peuvent devenir plus encore des lieux de résistance, d’expérimentation de pratiques nouvelles de démocratie participative, de construction de politiques alternatives au libéralisme.

En lien avec les citoyens, elles peuvent faire en sorte que prévale une culture de la paix. Ce serait une résistance constructive à la logique de la force que s’apprête à mettre en œuvre le nouveau président dans tous les domaines, au profit des plus forts. Il y a urgence.

La rédaction

SOMMAIRE

Formations Cidefe :

-         Les collectivités locales ont besoin de l’Afrique

-         Souffrances dans les quartiers, course aux armements sur la planète : comment les élus locaux peuvent-ils favoriser le dialogue et le paix ?

Actualité :

-         Palestine : retour de la Conférence internationale sur la résistance populaire commune non-violente à Bil’in 18 – 20 avril 2007

Activités du Réseau international du Cidefe :

La parole aux acteurs

-         Association Mavouna – coopérations pour favoriser l’accès à l’eau aux Comores

Zoom

Bloc Notes


Formations CIDEFE

LES COLLECTIVITES FRANÇAISES ONT BESOIN DE L'AFRIQUE

En partenariat avec   

Mardi 15 mai 2007

de 09h00 à 17h00

CIDEFE - MONTREUIL

Une part essentielle de la coopération décentralisée française se fait avec des collectivités du continent africain, en particulier avec le Mali, dont est originaire un grand nombre de migrants. Ces partenariats se construisent souvent à partir des populations originaires de ces pays, ce qui contribue à construire des projets particulièrement adaptés aux besoins et réalités locales.

Pour autant, ces coopérations ne sont-elles pas encore trop souvent conçues comme une aide française à un partenaire pauvre et non comme un échange qui représente un apport mutuel ?

N'est-il pas temps de " revisiter " le contenu et les objectifs des projets entre collectivités françaises et africaines ? Finalement, les partenaires français n'ont-ils pas, eux aussi, besoin de l'Afrique ? Comment, également, faire en sorte que les cultures, les réalités sociales et économiques, les pratiques politiques respectives soient mieux prises en compte dans la construction de relations durables ?

Comment contribuer à bâtir des coopérations s'appuyant sur des projets riches de sens, cherchant à promouvoir le dialogue entre les populations, la connaissance mutuelle, une culture de la paix ?

La formation abordera les coopérations avec l'Afrique sous l'angle iconoclaste de ce que ces projets communs peuvent apporter aux collectivités françaises et à leurs habitants. La dimension des pratiques démocratiques locales du continent africain fera l'objet d'une réflexion.

Plusieurs exemples de coopération avec l'Afrique sub-saharienne mais aussi avec le Maghreb et l'Afrique australe seront présentés.

Intervenants

Gilles LEPROUST, maire-adjoint d'Allonnes (72)

Jean-Jacques JOUCLA, maire-adjoint aux relations internationales de la ville de Montreuil (93)

Marie-Hélène CHAMBRIN, Chargée de projets au service des relations internationales et de la coopération décentralisée, Conseil général de Seine-Saint-Denis, doctorante

Anne-Cécile ROBERT, journaliste au Monde diplomatique

André BOURGEOT, directeur de recherche au CNRS, laboratoire d'anthropologie sociale

====================================================================

Souffrances dans les quartiers,

course aux armements sur la planète :

comment les élus locaux peuvent-ils

favoriser le dialogue et la paix ?

Mardi 22 mai 2007

de 09h00 à 17h00

CIDEFE

Comment mieux vivre ensemble, dans nos collectivités et dans le monde ?

Tel sera le fil conducteur de cette formation.

Les différends lourds de menaces avec l'Iran sur la possession de l'arme nucléaire continuent de pointer du doigt le danger que la bombe fait encore peser sur l'humanité. Les cinq membres permanents du conseil de sécurité de l'ONU la possèdent, d'autres pays la développent, mettant tous ainsi en cause la portée du Traité de non prolifération nucléaire.

D'autres conflits mettent en péril la sécurité internationale, tout particulièrement sur le continent africain et au Proche-Orient. L'Europe n'est pas épargnée non plus par des situations explosives, dans les Balkans par exemple. A chaque fois, leurs résonances sont largement mondiales.

De fait, alors que plus d'un milliard d'être humains vit avec moins de un dollar par jour, l'année 2006 a connu le triste record du commerce des armes qui a atteint les 1000 milliards de dollars.

A une autre échelle, les inégalités sociales croissantes dans les communes, les discriminations dont sont victimes les jeunes, les souffrances liées au chômage sont des situations d'une grande violence. Elles peuvent aussi générer des réactions de violence.

Cette prévalence de la loi du plus fort, du quartier à la planète, appelle à réfléchir et à agir en faveur de nouveaux rapports humains et internationaux. Comment dès lors faire évoluer les pratiques et les comportements des Etats et des individus en faveur du droit ?

Quelles actions locales favoriser et mettre en œuvre pour faire émerger une culture de la paix ?

Intervenants

Monsieur Daniel FONTAINE, maire d'Aubagne (13), président de l'Association française des communes, départements et régions pour la paix (AFCDRP)

Madame Renée BRONOFF, conservateur des bibliothèques, directrice de la médiathèque de Malakoff (92)

Monsieur Pierre VILLARD, co-président du Mouvement de la Paix




Actualité

http://www.bilin-village.org/

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA RESISTANCE POPULAIRE COMMUNE NON-VIOLENTE

18 AU 20 AVRIL 2007

Témoignage de Nicole Bouexel, déléguée du Mouvement de la Paix

Cette conférence souhaite créer un réseau pour développer la coordination, partager les ressources et soutenir le travail de tous pour la justice afin de créer une campagne commune pour stopper le Mur d'Apartheid et arrêter l'occupation israélienne.

Bil'in est un village de Palestine qui veut continuer à exister, qui lutte pour sauvegarder sa terre, ses oliviers, ses ressources, sa liberté.

En annexant près de 60% des terres de Bil'in pour y construire le mur de séparation, l'état d'Israël étouffe le village, le détruit chaque jour un peu plus en emmurant ses habitants dans une prison à ciel ouvert.

Soutenus par des activistes israéliens et internationaux, les habitants de Bil'in manifestent pacifiquement tous les vendredis devant le chantier de la honte. Et tous les vendredis l'armée donne pour seule réponse la violence, aussi bien physique que morale.

Les habitants de Bil'in continuent à résister malgré la multiplication de descentes nocturnes des soldats dans le village. Les arrestations de plus en plus nombreuses d'habitants et d'activistes. Mais maintenant l'armée a décidé de durcir la répression en arrêtant systématiquement des membres du comité du village chargés d'organiser la lutte et les actions de résistance non-violentes. Des arrestations sans raison juridique réelle destinées à décourager les habitants de Bil'in et réduire la résistance au silence.

Soutenir Bil'in c'est aider ses habitants à continuer à lutter, les aider à garder espoir dans ce combat pour la liberté, leurs libertés.

La conférence de Bil'in est selon moi un événement très important. Organisée dans un petit village de Cisjordanie (non loin de Jérusalem et Ramallah) de 1600 habitants, son organisation est remarquable avec la participation de 500 personnes (dont 160 étrangers de très nombreux pays de tous les continents : USA, Canada, nombreux pays d'Europe, Afrique du Sud. Toute la population se mobilise pour en faire un vraie grande conférence : les jeunes pour aider à la mise en place de la grande tente où elle avait lieu et le café, les femmes pour préparer les 500 repas) ... et bien sur le comité populaire de résistance aidé par des associations étrangères qui se trouvent sur place pour l'organisation « politique ». Intervenants remarquables, plannings et thèmes des interventions, très bien construits. Il y avait même un système de traduction simultanée en 3 langues. L'accueil de toute la population a été extraordinaire : les familles, les femmes qui nous hébergeaient se mettaient en 4 pour assurer notre confort.

Les responsables de France Palestine solidarité avaient organisé une rencontre avec l'autorité palestinienne. A Ramallah, nous avons ainsi pu rencontrer 6 députés (dont 3 femmes) du conseil législatif palestinien et des représentants de l'autorité palestinienne. Nous avons même assisté à quelques minutes du conseil qui doit se tenir en vidéo-conférence du fait de l'impossibilité de circulation entre Gaza et la Cisjordanie. Stéphane Hessel a été notre porte-parole pour dire combien nous étions honorés et émus de ces rencontres et exprimer notre solidarité à la population palestinienne. Dans une de ses remarquables interventions, il dénonçait le scandale que constitue le fait que le droit international soit ainsi constamment bafoué.

Le peuple palestinien a besoin de notre solidarité mais aussi de notre soutien politique et de notre action sur nos gouvernements et les instances internationales pour arriver enfin a voir leurs droits reconnus. Plusieurs intervenants palestiniens nous ont demandé de témoigner sur ce qui se passe en Palestine et insistaient sur la forme de résistance non-violente choisie à Bil'in, mais aussi dans d'autres villages qui mènent des actions similaires. Les Palestiniens veulent simplement vivre et travailler dans leur pays. Un moment de la conférence a été consacrée à la réflexion sur les problèmes économiques graves puisque l'économie de la Palestine dépend d'Israël pour la plupart des secteurs vitaux (communication, énergie, eau) et sur les moyens pour développer une économie indépendante. Affirmation aussi de la volonté de cette société d'accorder une place importante à l'éducation et à la culture, dans laquelle les femmes ont leur place.

La C0NFERENCE DE BILI'IN

Les participants :

  • Du côté Palestinien : de très nombreuses personnalités de l'autorité palestinienne, des ministres et notamment Mustapha Barghouti ministre de l'information, des députés et le représentant officiel du Président Mahmoud Abbas mais aussi de beaucoup de citoyens palestiniens. A noter pas de présence de personnalités se réclamant du Hamas (ce qui n'était pas le cas lors d'une rencontre avec des députés du conseil législatif palestinien qui avait eu lieu le mardi)

  • Des pacifistes israéliens avec des personnalités connues :

Uri Avneri, Jeff Harper, Ilan Papee, Amira Haas journaliste de Haaretz)

  • Des grandes personnalités : Stéphane Hessel, Mairead Corrigan Maguirre, militante irlandaise qui a eu le prix Nobel de la paix en 1976.

  • Des politiques : Luisa Morgantini députée européenne italienne, et parmi les français Jean-Claude Lefort député communiste, Amira Boumedienne, sénatrice des Verts.

  • Des représentants de communes (Fosses et la Courneuve)

  • Des syndicalistes : un représentant de la CGT et de la CGIL (italienne), COSATU d'Afrique du Sud

  • Nombreuses associations d'obédiences diverses notamment religieuses (pour la France notamment AFPS, UJFP, CCIPP, MAN et Mouvement de la paix, bien sûr)

Le contenu

Pas possible de rendre compte ici de la richesse et de la diversité du contenu de la conférence. Si Bil'in s'est mobilisé initialement sur la question du mur, les débats ont largement dépassé ce problèmes et abordé l'ensemble des questions. L'aggravation de la situation a été notée. Israël par la construction des colonies cherche à annexer une partie du territoire palestinien. De nombreuses interventions dénonçaient l'attitude injuste de la communauté internationale qui applique le principe « deux poids deux mesures » : sanctions contre les palestiniens (150 000 fonctionnaires non payés depuis un an !) et immunité totale d'Israël qui viole toutes les règles du droit international. .

Il me semble qu'une certaine unité sur quelques grands points est apparue lors de cette conférence aussi bien dans les interventions des responsables palestiniens que dans les interventions des personnalités étrangères, certaines interventions soulignant que le règlement de ces points étaient fondamentaux pour arriver à la paix et la sécurité aussi bien pour le peuple palestinien que pour celui d'Israël, sans oublier les menaces de conflit plus généralisé dans la région.

Application des résolutions de l'ONU

  • Un Etat palestinien au côté de l'Etat israélien dans les frontières de 1967,

  • Démantèlement du mur et application de la décision de la Cour internationale de justice

  • Fin de la colonisation et de l'occupation des territoires

  • Jérusalem doit être la capitale des deux Etats alors qu'Israël cherche à annexer complètement la partie palestinienne dans le plan du grand Jérusalem par la construction et l'extension de colonies à l'Est et par l'éviction de la population arabe de la ville elle-même.

  • Libération des prisonniers : lors de la journée des prisonniers, le 17 avril à Ramallah, nous avons pu prendre la mesure d'un constat terrible 11000 palestiniens sont en prison, dont des centaines de mineurs et même des enfants en très bas âge, nés en prison. 41 députés démocratiquement élus sous contrôle international au conseil législatif sont en prison et c'est un Palestinien qui est la plus vieux prisonnier politique du monde !

  • Règlement du problème des réfugiés

LA MANIFESTATION

A la fin de la conférence à Bil'in nous avons participé avec les amis palestiniens à une des manifestations (toujours non violente du côté des Palestiniens) organisée comme tous les vendredis depuis 2 ans par le comité populaire de Bil'in, avec la participation d'Israéliens et d'internationaux. La manifestation qui a eu lieu après la conférence le vendredi 20 avril, avec la présence de nombreuses personnalités étrangères et palestinienne dont le Ministre de l'information Mustapha Barghouti n'a pas été épargnée. Le cortège qui arrivait du village pour aller jusqu'à la barrière a été abondamment bombardé de grenades lacrymogènes et balles en caoutchouc alors que nous étions encore à plusieurs centaines de mètres de soldats. Les quelques journalistes présents avec des caméras étaient particulièrement ciblés. L'ambulance envoyée pour évacuer des blessés a été la cible de grenades lacrymogènes ! Sans doute plus d'une dizaine de personnes blessées ont dû être évacuées dont Mairead Corrigan Maguirre, une irlandaise qui a eu le prix Nobel de la paix en 1976. Grâce au courage et à la responsabilité des responsables du comité populaire, le rassemblement a pu se tenir durant près de 2 heures. Le drapeau du Mouvement de la paix a flotté sur la manifestation.

Dans les semaines à venir malgré la brutalité et l'arbitraire de l'armée israélienne, les habitants de Bil'in, continueront à résister pour reconquérir leurs terres confisquées avec leurs amis israéliens et étrangers. Certain d'entre eux seront blessés, emprisonnés. Mais la vie continuera à Bil'in, gaie et vivante comme partout avec de fêtes pour les mariages, des enfants sur leur vélo, avec quand même une expression de tristesse sur leurs visage. Le comité populaire continuera à organiser les actions avec ténacité, courage et responsabilité. Merci à eux pour leur exemple. A nous de faire connaître cette réalité.

Nicole BOUEXEL






LA PAROLE AUX ACTEURS

A la demande de l’association Mavouna, domicilée à l’Haÿ les Roses (94), le Cidefe s’est engagé dans une aide à l’ingénierie de projet, notamment en ce qui concerne l’alimentation en eau d’une commune des Comores.

Ahmed Ali Soilohi, président de l’Association, nous présente le projet qu’il développe sur la commune de Chouani.

Quelles sont les caractéristiques de la commune de Chouani ?

Chouani est situé dans la sous-région de Hambou, au centre Ouest de NGAZIDJA (Grande Comores), à 17 km au Sud de Moroni, la Capitale du pays. Il est bâti dans les hauts plateaux de la sous - région mais bien placée au milieu et carrefour de Hambou.  La population totale actuelle est environ 4000 habitants à majorité jeunes. La terre, d'origine volcanique, est très poreuse, très perméable et peu fertile, nonobstant les fortes pluies, toujours abondantes et exceptionnelles dans la région.

Sur le plan économique et social, la population de Chouani est essentiellement jeune. Plus de 70 % ont moins de 40 ans et  plus de 55 % sont des femmes. Si le taux de scolarisation primaire est satisfaisant  avoisinant presque les 100% des enfants  de moins de 8 ans, en  revanche, le taux de scolarisation dans le secondaire est légèrement supérieur à la moyenne nationale (+55 %).

Plus de 80% des jeunes de moins de trente ans ayant échoué ou réussi leurs études (au moins Bac+2) sont au chômage. Pour survivre, certains jeunes n'hésitent plus à prendre le chemin de leurs parents aux champs, ce qui fait que ce paysannat atteint les 10% de la population active du village. Malheureusement, les terres arables deviennent de plus - en plus rares et arides. L'agriculture vivrière du village, qui subit les aléas climatiques, ne suffit plus à nourrir ses paysans producteurs et a fortiori toute la population.

Face à ce constat amer, l'on pourrait se permettre d'affirmer que CHOUANI s'appauvrit d'année en année pendant que d'autres se développent.

Cette pauvreté se mesure visuellement :

1) d’abord par leurs habitations par rapport à d’autres villages en nette progression : La proportion d’habitations en dur achevées et non achevées reste au dessous de 50% du total des habitations. Les constructions en tôles ondulées sont très dominantes.

2 - ensuite par leur régime alimentaire : 20% de la population ne mangent qu’une seule fois par jour ; 40% mangent 2 fois par jour et un peu moins de 40% arrivent à manger 3 fois par jour comme il se doit.

C’est la raison pour laquelle, les autorités villageoises ont eu la sagesse d ‘élaborer ce projet intitulé « Le Cadre Stratégique Pour la Lutte contre la pauvreté (CSLP) à Chouani à l’horizon 2015   »

Ce pari est osé, téméraire mais nécessaire et obligatoire, même si tous les villageois n’ont que leur force physique de travail comme ressource propre alors qu’un tel projet  a besoin des moyens financiers très énorme. Ce cri d’alarme, cet appel pressant ne peut qu’être lancé en direction des organisations gouvernementales et non gouvernementales, des collectivités locales ou territoriales.

Ce programme intégré de développement  de la ville de Chouani comporte les axes prioritaires suivants :

  1. Développement du secteur agricole afin de promouvoir la lutte contre la faim et la malnutrition.

  2. Amélioration de l’Education de base, de l’enseignement professionnel et technique.

  3. Amélioration du système de santé primaire et l’accès à l’eau potable.

  4. Développement institutionnel et instauration de la bonne gouvernance (mise en place effective de la commune)

  5. Développement des N.T.I.C. (création en cours d’un  atelier informatique)

  6. Aménagement et assainissement  de la ville

  7. A cet effet, une série de projets et d’idées de projets sont en cours soit, d’élaboration, soit de finalisation, soit en gestation. Certains sont déjà en cours d’exécution.

Quels sont les besoins de cette commune ?

Ils sont immenses. Pour n’en énumérer que quelques-uns :

Santé : avec une ville de 6.000 habitants, il n’existe pas aucune structure sanitaire.

Education : il existe un groupe scolaire composé de 6 salles de classe insuffisamment équipées.

Culture : Nous avons mis en place une médiathèque composée de : Bibliothèque (6.000 ouvrages), vidéothèque, ludothèque, musicothèque, salle de presse et guichet de service (consultation Internet, photocopie, émission et réception de fax). Nous sommes à la recherche des médiathèques françaises pour former une personne et établir un partenariat.

Energie : Aux Comores, l ‘électricité est produite par de vieux groupes électrogènes (fonctionnant au diesel dans des conditions aléatoires) et fournie à prix d’or aux habitants.

Vu les coupures sauvages et répétitives ainsi que les délestage continus, nous avons engagé une réflexion avec M. Wladimir BRONES pour trouver une solution durable à ce problème. Mais en attendant cette solution à long terme, nous avons engagé des démarches, toujours avec M. BRONES, pour à acheter un groupe électrogène d’occasion mais en très bon état ne dépassant pas 6.000€.

Coopération décentralisée : La mise en place des communes remonte à 2005 et les élections communales (pour la première fois de l’histoire des Comores) auront lieu cette année. Nous sommes à la recherche d’une collectivité pour nous accompagner à mettre en place une administration communale (formation du personnel….). Actuellement, nous avons déposé un dossier  à la délégation de l’union européenne à Moroni pour la construction d’un centre administratif à Chouani.

Qui sont vos partenaires ?

Actuellement, nous travaillons avec :

1 - Le CIDEFE grâce à qui nous avons pu obtenir une subvention de 4.500€ au conseil général du val de Marne pour le projet d’eau potable, et nous travaillons aussi avec M. BRONES pour les ordures ménagères, le problème de l’énergie ainsi que l’achat d’un groupe électrogène.

2 – L’association Le Français en Partage (LFP) grâce à qui nous avons créé, à Chouani, une médiathèque et nous travaillons actuellement pour un projet d’une station de télévision et un projet sportif.

Ces deux partenaires nous prodiguent des conseils, jouent un rôle de facilitateur entre différents partenaires.

Pour les élus et collectivités intéressés, le dossier complet de ce projet est disponible sur demande auprès du Cidefe lalezard@elunet.org



ZOOM

Actualité Nationale

Colloque Samedi 19 Mai 2007

« Quels recours judiciaires contre les crimes de guerre ?

Pour l’application du droit international au cas d’Israël »

Lieu : Mairie du 9ème ; 6, rue Drouot. M° Richelieu-Drouot

Accueil à 10h et démarrage à 10h30 Fin du colloque à 17h

Introduction : François Dubuisson, Docteur en Droit, Université Libre de Bruxelles : « La notion de crime de guerre et le système de répression international. Les crimes de guerre commis par l’armée israélienne ».

Introduction générale visant à expliquer la notion de crime de guerre (éléments constitutifs, éléments d’imputabilité,...), le système juridique de répression internationale/nationale (la juridiction nationale, la juridiction internationale (CPI), et la juridiction “universelle”).

1er thème : Les armes

Certaines armes utilisées par Israël ont soulevé de fortes polémiques : bombes à sous-munitions, bombes au phosphore, bombes à uranium appauvri, ...

Si elles ne sont pas toutes prohibées par le droit international humanitaire (DIH), leurs conditions d’utilisation (dans des zones fortement peuplées de civils) ou leurs effets (causant des maux inutiles) sont susceptible d’aller à l’encontre de ce droit (notamment l’article 147 de la quatrième Convention de Genève).

-          Jean-Paul Hébert, secrétaire général adjoint de la Ligue des Droits de l'Homme (LDH) : « Le commerce des armes ».

-          Philippe Luxereau, Amnesty International : « Les armes illégales ».

-          Professeur Marcel-Francis Kahn : « Les conséquences humaines, médicales »

Pause repas (12h30-14h00)

2ème thème : Les poursuites possibles en France et à l’international

La thématique de l’après-midi concernera les poursuites possibles contre les crimes de guerre en France et à l’international. Et des exemples de poursuites.

-          Patrick Baudouin, Président d’honneur de la FIDH : « Les différentes démarches judiciaires possibles, en France et sur le plan international, face aux crimes de guerre».

-          Roland Weyl, Vice-Président de l’AIJD : « Ce que les citoyens peuvent faire face aux blocages du système juridique ».

-          Raji Sourani, PCHR et vice-président de la FIDH et membre de l’AIJD : « Des organisations de droits de l’homme palestiniennes (PCHR) et israéliennes (Yesh Gvul) ont entamé des poursuites face aux crimes de guerre. Certaines ont été menées devant la justice de pays étrangers (Royaume-Uni, Nouvelle-Zélande) ».

-          Uri Avnery, Gush Shalom

Conclusion : Elias Sanbar, Observateur permanent de la Palestine auprès de l’UNESCO

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

s’ inscrire par courriel à l’adresse : colloquecnpjdpi@yahoo.fr

Participation aux frais : 5 euros

Colloque organisé par le :

« Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens »

avec le soutien du « Collectif des citoyens libanais et amis du Liban »

France Amérique Latine a l’honneur de vous inviter

à une Conférence Débat

sur la situation des Droits Humains en Colombie

avec Carlos Lozano Guillén

Avec la participation prévue de Martine Billard (Les Verts) et de Muguette Jacquaint (PCF)

Samedi 26 MAI 2007 de 13h à 17h

A l’Assemblée Nationale - Palais Bourbon

126 rue de l'Université Paris 7 – Métro : Assemblée Nationale

Carlos Lozano Guillén est avocat et journaliste (Directeur de l’hebdomadaire du Parti Communiste de Colombie, la revue VOZ).

Il a été Membre de la « Commission des Notables » durant le processus de Paix en Colombie (Présidence de Pastrana de 1998-2002).

Depuis la rupture des négociations de paix, il travaille à la promotion de l’échange humanitaire entre les parties en conflit. Spécialiste du conflit colombien et de la situation de la région.

pour participer, inscription obligatoire au mail suivant en indiquant vos nom et prénom : lozano.paris@gmail.com

***

Les « Premières rencontres régionales de la coopération transfrontalière, du développement durable, des territoires et de la coopération décentralisée dans les Balkans » se tiendront les 5 et 6 juillet 2007 à Thessalonique en Grèce. Coordonnées par l’Ambassade de France à Athènes avec le soutien de la Délégation pour l’action extérieure des collectivités locales du ministère des Affaires étrangères et de Cités Unies France, ces rencontres régionales favoriseront les approches territoriales multi-acteurs afin de rendre possible la concrétisation de projets de coopération décentralisée.

Ces Rencontres ont pour objectif de permettre aux collectivités territoriales françaises, d’une part de rencontrer leurs homologues d’Europe du Sud-Est (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Grèce, Monténégro, Ancienne République Yougoslave de Macédoine et Serbie) et de Turquie et d’autre part, d’être en mesure de mettre en œuvre des projets de coopération bilatéraux et régionaux dans le cadre de thématiques pertinentes pour les collectivités territoriales : la gouvernance, la coopération transfrontalière, la formation des élus locaux, le développement durable, le développement rural et le patrimoine.

Informations : www.diplomatie.gouv.fr/cncd

Un Comité de pilotage français et un Comité d’organisation commun France-pays concernés ont été mis en place le 16 février dernier. Jean-Claude Mairal, vice-président du Conseil régional d’Auvergne en charge des relations internationales préside le Comité de pilotage français.

***

« Prix de la coopération internationale 2007 » - HCCI

A l'occasion de la prochaine Semaine de la Solidarité internationale, le Haut Conseil de la coopération internationale décernera pour la huitième fois ses Prix de la Coopération internationale : un prix « des collectivités territoriales » sera décerné à un projet mis en œuvre par une collectivité territoriale française travaillant en partenariat avec une collectivité territoriale d'un pays en développement (au sens de la définition du Comité d'aide au développement (CAD) de l'OCDE).

Les candidats doivent se référer au nouveau règlement et remplir le formulaire, tous deux disponibles sur le site Internet du HCCI : www.hcci.gouv.fr. Les dossiers doivent être envoyés au plus tard le 16 juillet 2007 inclus (le cachet de la poste faisant foi), si possible par e-mail à l'adresse suivante : zineb.chebahi@hcci.gouv.fr ou, à défaut, par courrier et en double exemplaire, à l'adresse postale du Haut Conseil de la coopération internationale.

***

3e Forum National du Commerce Equitable (FNCE)

Evénement d’ouverture de la 7e quinzaine du commerce équitable jusqu’au 13 mai 2007. Au programme, un espace associatif pour découvrir les objectifs et les impacts du commerce équitable, un espace commercial pour présenter la diversité de l’offre au grand public et aux professionnels, un espace dédié aux porteurs de projets et un espace de conférences pour s’informer et débattre des grands enjeux de ce secteur en pleine croissance.

Lieu du rendez-vous:

Cité des Sciences et de l’Industrie, 30 av. Corentin-Cariou. Paris 19e. Porte de la Villette

www.forumequitable.org

***

LA JOURNEE DU COURRIER DES BALKANS

Le samedi 12 mai 2007, de 10 heures à 22 heures

Une grande journée de fête, de débats et de rencontres !

Centre Marius Sidobre

26, rue Émile Raspail

94110 Arcueil

Accès : RER Ligne B Laplace ou Arcueil-Cachan

Le Courrier des Balkans vous invite à sa Journée interbalkanique annuelle.

Au programme :

14H30 : Forum Rroms de France, Rroms des Balkans

Avec Saimir Mile (président de l’association La Voix des Rroms), Marcel Courthiades (INALCO), Kujtim Pacaku (président de l’association Rromani Baxt de Prizren), Michel Mombrun (président de la FNASAT), Gaétane Pinier (Adjointe au Maire d’Achères)

Débat animé par Laurent Geslin.

16H30 : Forum L’avenir du Kosovo

Avec SEM Jon Ivanovski (ambassadeur de Macédoine), Marc Semo (Libération), Belgzim Kamberi (journaliste, Hapi/Korak), Kujtim Pacaku, Odile Perrot (OSCE, Université de Nice), Stève Duchène (ADL Gjilan), un représentant du comité de soutien à la famille Raba.

Débat animé par Nikola Petrovic Njegos.

19H : Lancement officiel du site Nevipe Kosov@ (http://rroma.courriers.info/)

20H : projections « Musiques du Vent - Souffle des Hommes » (photos et musique, Hervé Dez, Pablo Fernandez / Le Bar Floréal)

Erdelezi (Djurdjevdan) à Tirana (documentaire inédit en France)

21H : Événement poétique rrom, avec Kujtim Pacaku et des musiciens rroms, lectures en rromani et en français, par Kujtim Pacaku et Ilir Selimovski.

À partir de midi :

bar, rafraîchissements et restauration balkanique : dégustation de spécialités rroms des Balkans, réalisées par Jèta Dùka et les femmes des associations « La voix des Rroms » et « Ternikano Berno » ;

Exposition « Qui sont les Rroms ? »

le salon du livre balkanique : une grande librairie où de nombreux auteurs viendront signer leurs derniers ouvrages ! Biljana Srbljanovic, Velibor Colic, Stefani San Senar, Sophie Képès, etc, seront notamment des nôtres...

Salon des Associations et des Revues

avec la FNASAT /Etudes tziganes, Opération Villages Roumains, Maison d’Europe et d’Orient / éditions l’Espace d’un instant, Amnesty International, Permanence Srebrenica-Genève, Collectif Raba, Betton-Monténégro, association Partenaires, La Voix des Rroms / Ternikano Berno, ARHA, le CCFD, etc...

-          rencontres avec des membres des rédactions du Courrier de la Bosnie-Herzégovine, du Courrier de la Macédoine, de Nevipe Kosov@, spécialement venus de Sarajevo, Skopje et Prizren !

Informations : balkans@balkans.eu.org ou au 09 50 722 226.

***

MANIFESTATION LE SAMEDI 9 JUIN 2007 :

Juin 1967 - juin 2007

40 ANS D’OCCUPATION

Quarante ans d’occupation des territoires palestiniens de Gaza et de Cisjordanie, et du territoire syrien du Golan.

Quarante ans d’occupation de Jérusalem-Est. Quarante ans d’oppression, de violations des lois internationales et des droits humains.

Quarante ans de colonisation, découpage et morcellement des territoires palestiniens occupés, à l’aide de centaines de barrages, routes de contournements réservées aux colons, construction d’un mur honteux qui assiège la population dans des enclaves fermées.

Arrachage de milliers d’hectares d’oliviers, appropriation de l’eau (ressource précieuse dans la région), assassinats ciblés, plus de 10 000 prisonniers (hommes, femmes et mineurs, dans des conditions dénoncées par toutes les associations des droits de l’homme israéliennes et internationales).

QUE FAIT LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE ?

La communauté internationale chargée de faire respecter le droit, hérité de la seconde guerre mondiale, se tait de plus en plus fort.

Le gouvernement français se tait de plus en plus fort, se contentant de déplorer les violations sans prendre aucune mesure, ni de pression ni de sanction,  sans même respecter l’avis de la Cour internationale de justice de La Haye qui le pousse à agir  sur l’illégalité du mur. Il condamne les victimes et,  avec le blocage de l’aide de l’Union européenne aux Palestiniens, il achève d’affamer un million et demi de civils innocents dans la bande de Gaza.

Le gouvernement français reste sourd aux appels et propositions de paix des pays arabes. Il refuse toute pression sur les responsables de cette situation, et entérine de fait la position du gouvernement américain, c’est aujourd’hui la victime qui est accusée. Ne laissons pas nos gouvernants quels qu’ils soient ignorer le droit, là-bas comme ici. L’égalité et le droit pour tous sont les seuls garants de la vraie démocratie.

APPEL À MANIFESTER LE 9 JUIN

L’UJFP, appelle à manifester le 9 juin, à l’initiative du « Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens » pour que cesse  l’occupation meurtrière d’Israël qui ravage la population civile palestinienne, déstabilise tous les jours un peu plus le Moyen-Orient et entraîne des conséquences ici sur la perception de ce qu’est le droit et la démocratie. Plusieurs villes d’Europe  manifesteront en même temps et nos organisations sœurs, affiliées à la fédération des Juifs européens pour une paix juste, (EJJP.org) participent à cette mobilisation en  Angleterre,  Belgique,  Pays-Bas,  Suède,  Allemagne,  Autriche,  Suisse et  Italie.

LE 9 JUIN : À QUELLE HEURE, À QUEL ENDROIT ?

Nous attendons l’autorisation préfectorale pour pouvoir vous annoncer l’heure et lieu de cette manifestation. Ces renseignements seront mis en ligne dès réception  sur notre site : www.ujfp.org.

Actualité européenne

Un Livre Vert sur l’accès aux documents des institutions communautaires

Afin de renforcer l’Initiative européenne en matière de transparence publiée en 2005, la Commission européenne a lancé, le 18 avril 2007, une procédure de consultation via un Livre Vert sur l’accès du public aux documents des institutions européennes. La Commission dresse dans la première partie de ce Livre Vert le bilan de la législation actuelle et en souligne dans une seconde partie les possibles améliorations.

L’objectif de cette consultation est de donner aux collectivités et aux citoyens la possibilité de faire part de leurs suggestions afin de leur garantir un accès plus large et simplifié aux documents des institutions et des agences communautaires. Les enjeux adressés par ce Livre Vert sont multiples : la nécessité d’accorder plus d’efforts à la diffusion des informations, l’harmonisation possible des règles de l’accès du public aux documents, l’équilibre à atteindre entre la transparence et la protection des intérêts économiques et commerciaux.

Les collectivités sont encouragées à adresser leurs observations jusqu’au 15 juillet 2007, en répondant à un questionnaire en ligne, à cette adresse:

http://ec.europa.eu/transparency/revision/index_fr.htm

***

La Commission récompense les projets des collectivités dans le domaine des services publics électroniques

Depuis 2003, la Commission récompense les bonnes pratiques dans le domaine des TIC dans le service public lors de la remise officielle des « eGovernment Awards », qui se déroulera cette année à Lisbonne, le 20 septembre 2007. Toutes les administrations locales, régionales ou nationales fournissant un service public de qualité, participant à la mise en place d’une gouvernance électronique efficace, sont encouragées à participer à cette manifestation afin de voir reconnaître la valeur et l’inventivité de leurs services électroniques.

Les cinq prix attribués lors de cette cérémonie ont pour but de promouvoir un service public électronique performant et innovant au service des citoyens, au moyen de critères de sélection tels que la gestion efficace, la facilité d’utilisation et la pluralité des services proposés, l’impact et la durabilité du projet pour les usagers.

Les candidatures sont à compléter via le site jusqu’au 11 juin 2007.

Un guide complet d’aide à la procédure de candidature est disponible en ligne : www.epractice.eu

Actualité Internationale

IIe Congrès Mondial de Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU) « Les villes changent et transforment le monde » - Du 28 au 31 octobre 2007 à Jeju, Corée du Sud

Sous le titre « Les villes changent et transforment le monde », les thèmes du prochain Congrès Mondial de CGLU synthétisent les priorités des autorités locales et régionales et les défis auxquels elles doivent répondre, en particulier :

1)      Les villes, avenir de l’humanité ; le changement climatique ;

2)      Diplomatie des villes : les gouvernements locaux bâtisseurs de paix ;

3)      2015 : un monde meilleur est possible ! Les gouvernements locaux dans une nouvelle gouvernance mondiale.

Point de convergence des collectivités locales du monde, le Congrès Mondial de CGLU accueillera plus de 2000 responsables de gouvernements locaux issus de 150 pays qui travailleront avec des personnalités internationales de premier plan sur des questions clefs pour les autorités locales et régionales.

Plus d’infos : http://www.cities-localgovernments.org/uclg/index.asp?T=1&L=FR

***

VERS LA FIN DE LA PRIVATISATION DE L’EAU DANS LE MONDE

Bye Bye Suez

L’annonce officielle, le 3 janvier dernier, du départ de Suez de Bolivie confirme l’échec des délégations des services de l’eau aux entreprises privées telles qu’elles sont promues depuis les années 90. Cochabamba en 2000, Buenos-Aires et Santa Fe en 2005, La Paz-El Alto en janvier dernier : c’est en Amérique Latine que l’on proclame avec le plus de véhémence le fait que l’eau est un droit de l’homme et un bien public.

par Marjolaine Normier

27 avril 2007

Si aujourd’hui la participation du privé reste marginale, puisqu’elle ne concerne que 5 % des habitants de la planète et se cantonne uniquement aux villes, elle a néanmoins connu une expansion fulgurante : de 90 millions de personnes concernées en 1988, - dont près de la moitié en France -, elle est passée à 200 millions dix ans plus tard et à 250 millions en 2000. Ces chiffres sont le résultat d’une politique de l’eau initiée dans le début des années 90 par les Institutions Financières Internationales (IFI). La Banque mondiale a favorisé les concessions par l’octroi de prêts aux villes qui le désiraient et préconise que l’Etat se charge désormais de « réglementer cette activité et favoriser autant que possible la concurrence », (« Rapport sur le développement dans le monde 1999-2000 »). Les IFI confirment cette vision l’année suivante et estiment que le coût de la réalisation des « Objectifs du millénaire », - issus d’une déclaration des Nations Unies dans laquelle les Etats s’engagent à réduire de moitié le 1,1 milliard de personnes privées d’eau potable et les 2,4 milliards dépourvues de système d’assainissement -, ne peut être assumée par les seuls Etats.

Fort de ces appuis, Suez multiplie les contrats de concession à l’international et a remporté plusieurs appels d’offre en Amérique Latine avec pour objectif affiché d’apporter l’eau aux plus déshérités de la planète. (…)

La suite : http://risal.collectifs.net/article.php3?id_article=2209


BLOC NOTES

Publications – films - expos ...

We Feed the world - Le Marché de la faim un film réalisé par Erwin Wagenhofer avec Peter Brabecj, Jean Ziegler

SYNOPSIS

Chaque jour à Vienne, la quantité de pain inutilisée, et vouée à la destruction, pourrait nourrir la seconde plus grande ville d’Autriche, Graz… Environ 350.000 hectares de terres agricoles, essentiellement en Amérique latine, sont employés à la culture du soja destiné à la nourriture du cheptel des pays européens alors que près d’un quart de la population de ces pays souffre de malnutrition chronique. Chaque Européen consomme annuellement 10 kilogrammes de légumes verts, irrigués artificiellement dans le Sud de l’Espagne, et dont la culture provoque localement des pénuries d’eau.

NOTE D’INTENTION

WE FEED THE WORLD est un film sur la pauvreté au cœur de la richesse qui éclaire la manière dont notre nourriture est produite et répond aux questions que le problème de la faim dans le monde nous pose. Ce ne sont pas seulement des pêcheurs, des fermiers, des agronomes, des biologistes et Jean Ziegler, fonctionnaire aux Nations Unies qui sont interrogés, mais aussi un des responsables de Pioneer, le leader mondial des ventes de semences, ainsi que Peter Brabeck, le P.D.G. de Nestlé, la plus importante multinationale agro-alimentaire mondiale.

CITATIONS DU FILM

Pourquoi les tomates font 3 000 km à travers l’Europe ; pourquoi les Africains émigrent vers les pays du Nord ; et comment nos légumes se retrouvent à être vendus sur les marchés africains.

L’Europe importe 90% de son soja afin de donner à manger à son cheptel.

L’Europe brûle dans le même temps du maïs et du blé pour produire de l’électricité.

« Étant donné l’état actuel de l’agriculture dans le monde, on sait qu’elle pourrait nourrir 12 milliards d’individus sans difficultés. Pour le dire autrement : tout enfant qui meurt actuellement de faim est, en réalité, assassiné. »

Jean Ziegler, rapporteur auprès de l’O.N.U. sur le Droit à l’alimentation

« Ce que nous mangeons n’a jamais été aussi bon, nous n’avons jamais été aussi riches, nous n’avons jamais été en meilleure santé, et nous n’avons jamais vécu aussi longtemps qu’actuellement. Nous avons tout ce que nous désirons. »

Peter Brabeck, P.D.G. de Nestlé International (Vevey, Suisse)

www.le-marche-de-la-faim.fr

www.makna-presse.com

en salle depuis le25 avril 2007

Erwin WAGENHOFER Max ANNAS

Le Marché de la faim 

Le livre du film We Feed The World 

Editions Actes Sud

avril 2007 /  224 pages / prix indicatif : 20,00 €

AFRIQUE PILLAGE A HUIS CLOS

Comment une poignée d'initiés siphonne le pétrole africain

Xavier Harel

Présentation par l'éditeur

Au Congo, au Gabon, au Nigeria, en Angola ou en Guinée équatoriale, on peine à découvrir à quoi a servi la manne pétrolière. Pauvreté, guerres civiles, maintien au pouvoir de régimes dictatoriaux, tel est le bilan peu glorieux de l'exploitation pétrolière en Afrique.

La précieuse huile nourrit surtout une corruption débridée. Au Congo-Brazzaville, le président Denis Sassou Nguesso a mis en place une kyrielle de sociétés écrans qui lui ont permis de détourner des centaines de millions de dollars. Mais il bénéficie pour cela de l'« expertise » occidentale. Certaines entreprises françaises, et non des moindres, ainsi que de prestigieux cabinets d'avocats, ont mis leur savoir-faire au service de ce pillage à huis clos.

Ne nous y trompons pas. La mobilisation des pays riches (G8) en faveur de l'Afrique ressemble surtout à une opération de communication. Le locataire de l'Élysée amuse la galerie avec sa taxe sur les billets d'avion mais il couve affectueusement une poignée de régimes kleptocrates. George W. Bush prétend s'attaquer aux « postes avancés de la tyrannie » mais il reçoit à la Maison-Blanche les pires dictateurs pourvu qu'ils aient quelques barils à offrir. Tony Blair bataille pour passer la dette du continent à l'ardoise magique mais il ferme les yeux sur le rôle des banques britanniques dans le recyclage de l'argent de la corruption.

Il est temps de mettre fin au bal des hypocrites. Si Jacques, George et Tony se soucient réellement du continent, qu'ils contraignent leurs compagnies pétrolières à faire la lumière sur ce qu'elles versent aux États africains. La transparence reste le meilleur antidote contre la corruption.

Xavier Harel est journaliste, spécialiste de l'Afrique et des questions pétrolières.

Fayard - 281 pages – 19€

Etats et sociétés fragiles - Entre conflits, reconstruction et développement

Jean-Marc CHÂTAIGNER et Hervé MAGRO (direction)

Pour la première fois, un ouvrage collectif destiné à un public francophone examine la question méconnue des "Etats fragiles" qui, tout en s'imposant dans les relations internationales, reste souvent confondue avec les concepts plus datés "d'Etat effondré" ou "d'Etat failli". Derrière les appareils étatiques se cachent aussi des sociétés fragiles, incapables de faire face aux défis de la globalisation et qui souffrent de la diffusion des "maux publics mondiaux". La solidarité internationale prend alors un sens nouveau, dépassant ses missions classiques de développement économique ou de lutte contre la pauvreté.

Editions Karthala - Prix : 25 € - 560 pages

Campement Urbain est un collectif qui élabore des dispositifs artistiques pour expérimenter de nouvelles fictions urbaines.

Jusqu’au 15 août 2007 sur www.mairiemonde.org ou dans l’espace de l’exposition Airs de Paris au 6è étage du Centre Pompidou, Campement Urbain vous propose d’apporter vos idées pour créer le premier programme d’un MAIRIE MONDE. Une proposition pour penser autrement les conditions de la citoyenneté , les plaisirs de la diversité, le partage de la culture, les langues, les rituels, les conditions politiques, sociales et humaines de l’être ensemble.

Pour participer, vous déposez sur www.mairiemonde.org  votre opinion, ou vous écrivez un texte, ou vous faites un dessin, vous envoyez une photographie, ou vous proposez une idée architecturale… Vous pouvez aussi inventer une fiction ou du récit, élaborer des espaces inconnus. Vous pouvez aussi imaginer de nouveaux métiers, transformer ou re-écrire les lois, imaginer des espaces virtuels, sonores, musicaux ou des kits de rencontre ou des paroles à dire… Vous pouvez également inventer de nouveaux rituels, ou des passages de mémoire, des procédés pour créer du jeu dans la rigidité, ou de l’incertain dans les certitudes, de la création dans la normalité. Vous pouvez inventer de la transmission de données, ou l’invention de nouvelles ressources, etc. Vous pouvez aussi participer à la dona­tion qui permettra l’édition de toutes ces propositions. Dans les deux cas, vous recevrez une attestation de Campe­ment Urbain, numérotée vous déclarant citoyen concepteur de la Mairie Monde.

© Campement Urbain - Sylvie Blocher, François Daune, Josette Faidit, François Jupin, Jean-Sien Kin

Posté par international à 16:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur news@cidefe 9 mai 07

Nouveau commentaire