07 juin 2007

interview exclusive de Hind Khoury, déléguée générale de l'Autorité palestinienne en France 40 ans après la guerre des six jours

- 40 ans après, comment décririez-vous la situation au Proche-Orient ? Quels sont les rapports de force dans la région ?

Déséquilibre et instabilité. Tels sont les deux termes que j’utiliserais pour décrire la situation au Proche-Orient. L’occupation violente des Territoires palestiniens mais également le refus d’Israël d’accepter la main tendue des pays arabes pour conclure une paix juste et globale, entraîne des déséquilibres dans toute la région. La politique unilatérale du gouvernement Olmert est une véritable dictature qui asservit tout un peuple, enfermé par un mur, affamé et meurtri. Les rapports de force sont disproportionnés : roquette artisanale contre missile, pierre contre balle. Au cours de ces six dernières années ce sont quelque 4500 Palestiniens, civils non armés pour la plupart, qui ont été victimes de bombardements disproportionnés et aveugles ainsi que de tirs de fusils et de canons.   

- l'occupation israélienne dure depuis 40 ans. Quels obstacles faut-il surmonter pour qu'elle cesse ?

Les conditions de la résolution du conflit israélo-palestinien sont connues de tous. Il s’agit de la création d’un Etat palestinien dans les frontières de 1967 avec pour capitale Jérusalem-Est. Nous demandons également un règlement juste de la question des réfugiés. En ratifiant les accords d’Oslo, les Palestiniens ont accepté de vivre dans 22% de la Palestine historique : leur demander davantage serait tout simplement les condamner à être rayés de la carte. Depuis 40 ans les Palestiniens subissent une occupation illégale, dénoncée par la Communauté internationale. Tous les Palestiniens demandent à vivre normalement, en paix dans des frontières reconnues et respectées.

- Quels sont les points d'appui, en Palestine et en Israël, dans le monde, pour promouvoir une solution politique à ce conflit ?

96% des Palestiniens reconnaissent la légitimité du gouvernement d’union nationale de Mahmoud Abbas et 70% des Israéliens veulent conclure une paix durable avec leurs voisins. Ces chiffres nous donnent de l’espoir et nous rappellent que la paix dépend d’une volonté politique du gouvernement israélien. Personne dans le monde ne remet en question l’injustice criante faite aux Palestiniens depuis 1947. A de nombreuses reprises le droit international a condamné l’occupation et les actions illégales d’Israël comme le sort des réfugiés, la construction du mur ou encore les 11.000 prisonniers politiques. Seule une minorité d’extrémistes s’opposent à une solution politique multilatérale du conflit. Le rapport Baker a montré les limites du droit de la force et des politiques unilatérales. Il est temps pour le gouvernement israélien de considérer Mahmoud Abbas comme un partenaire de paix et de laisser une chance au gouvernement d’union nationale élu démocratiquement.

Dans une période de violences accrues (enlèvement d'élus palestiniens, bombardements par l'armée israélienne, poursuite des colonisations), quels peuvent être les rôles de la France et de l'Union européenne ?

La France doit retrouver sa place de moteur dans le concert des nations et en particulier au cœur de l’Union Européenne. La voix française a toujours été porteuse d’une parole inspirée par la paix et le droit international. Les Français sont à la fois les amis des Juifs et les amis des Arabes et ce statut bicéphale peut leur donner du crédit pour entendre et comprendre les problèmes et les souffrances des uns et des autres. Ce n’est pas en se taisant que la diplomatie française rendra l’Europe plus forte. Au contraire, plus les Etats qui composent le vieux continent font entendre leur voix, plus sa force et sa volonté d’agir se renforceront. Leur histoire a rendu les Français courageux. Ce courage seul, animé d’un esprit de justice, incitera l’Europe à agir politiquement et pas seulement économiquement en faveur d’une paix durable au Proche-Orient. Nous comptons sur la France.

Posté par international à 12:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur interview exclusive de Hind Khoury, déléguée générale de l'Autorité palestinienne en France 40 ans après la guerre des six jours

    Très bon blog, salutation valdemarnaise

    Posté par Champigny, 27 juillet 2007 à 10:13 | | Répondre
Nouveau commentaire